Tu peux le faire !

DELPHES_CONSEIL_tu_peux_le_faireChaque jour, en traversant le couloir à la moquette épaisse et aux tableaux contemporains menant à son bureau, Erika se prépare mentalement pour affronter sa journée de travail. La main sur la poignée de la porte de son bureau, elle prend une profonde inspiration avant d’ouvrir la porte. « Tu peux le faire » se dit-elle, immédiatement suivi par « mais qu’est-ce que je fiche ici ? ». Elle accroche un large sourire à son visage fatigué et lance un joyeux « bonjour tout le monde ! ». C’est devenu une habitude. Au fil des années, elle est devenue de plus en plus silencieuse. Aux yeux des autres, son opinion compte toujours autant mais elle la donne de moins en moins. « Tout ça sonne faux, je n’en peux plus. Il faut que ça s’arrête. » veut-elle hurler aux autres. Mais cette litanie de fin de journée reste toujours muette.

Les premiers symptômes sont apparus, quelques mois après son association avec ses partenaires. Parfois, elle est prise de démangeaisons si intenses, qu’elle était obligée de s’absenter quelques minutes pour ne pas se tortiller devant ses collègues. Cela a duré 2 ans et son médecin n’a rien trouvé d’inquiétant. Depuis 18 mois, elle se réveille systématiquement à 3h50, quelque soit l’heure de son coucher. Elle est exténuée et commence à faire le lien avec sa situation professionnelle. Tous ses proches l’envient, alors elle pense qu’elle n’a pas le droit de se plaindre et commence à négocier avec son corps. Pilules, cachets la maintiennent en mode « je suis un zombie mais vous n’y voyez que du feu » pendant quelques mois encore. Erika trahit ses envies. Erika se trahit et son corps lui fait payer. Erika est en arrêt maladie depuis 6 semaines. Burn out.

Et vous, combien de fois par semaine vous répétez-vous « tu peux le faire » ? Combien de fois par jour ?

Vous rêvez d'un changement dans votre vie professionnelle ?
Téléchargez gratuitement l'ebook
"Changer de vie professionnelle en un weekend"
Aucun Commentaire
  • marina
    Publié le 20:06h, 17 février

    C’est vrai qu’on ne s’coute pas assez jusque le corps tire la signal d’alarme… c’est dommage! Tu peux ne veut pas dire que tu veux et désires le faire…

Laisser un commentaire