Quand on veut, on peut !

« Quand on veut, on peut ! ». Cette phrase résonne comme une sentence. Claire, nette, sans appel. C’est ce que je viens d’entendre à la machine à café chez un de mes clients. Je me retourne et je vois un homme d’une trentaine d’années donner une leçon de « management » à un homme un peu plus jeune…

Si la volonté est le moteur de toute action, elle n’est pas libre d’agir. C’est un des enseignements que je tire de tous mes accompagnements professionnels. Quand nous sommes indécis, quand la volonté s’émousse, c’est que nous sommes tiraillés par des désirs contraires.

Nous ne sommes pas libres des désirs qui nous habitent. Je sais qu’il est inutile de ruminer ou de culpabiliser quand nous n’avons pas la volonté suffisante pour passer à l’action. Elle arrivera au moment opportun dès qu’un élément extérieur nouveau ou une prise de conscience fera son apparition. Cela déclenchera une motivation plus forte.

« Quand on veut, on peut ! » Cette phrase est un raccourci dangereux. Elle est culpabilisante et donc contre-productive. Je repense quelque fois au jeune homme qui s’est vu donner cette mauvaise leçon. L’a-t-il écoutée ? Pire, l’a-t-il mise en pratique ?

Et vous, quelles sont les petites phrases toxiques qui vous font bondir ?

Vous rêvez d'un changement dans votre vie professionnelle ?
Téléchargez gratuitement l'ebook
"Changer de vie professionnelle en un weekend"
Aucun Commentaire
  • una idea
    Publié le 12:12h, 20 mars

    Hello Christine,

    Dans le genre phrase toxique que je fuis : « ça ne marchera jamais » ou une phrase du style qui coupe les envies sous le pied !

    Bonne journée 😉

  • Elisa
    Publié le 15:22h, 20 mars

    Bonjour!

    La phrase qui me fait bondir chaque fois que je l’entends c’est le « oh tu sais, il y a pire… » car elle est pleine de sous-entendus (ce qui est toujours toxique), qu’elle est culpabilisante et qu’elle induit qu’il existerait, on ne sait où, une échelle de souffrance sur laquelle se positionner… Et puis elle clôt souvent de façon stérile la conversation…

    Elisa

  • Christine Degioanni
    Publié le 19:32h, 21 mars

    Tiens, ça me rappelle une publicité pour un constructeur automobile !
    Moi aussi, una idea, cette remarque me glace.

  • Christine Degioanni
    Publié le 19:34h, 21 mars

    Tout à fait, Elisa.
    Cela me fait également penser à « l’herbe est toujours plus verte ailleurs… »

Laisser un commentaire