Le blues du cadre (2/3)

Ce billet fait suite à celui de vendredi dernier.

Une semaine plus tard, dans mon bureau. Alice est défaite et a perdu de son assurance. Elle est à deux doigts de craquer. Son mutisme est un appel au secours que j’entends. Je me souviens du discours que je lui ai tenu, pour l’avoir déjà tenu à beaucoup de salariés dans sa situation. J’ai dû lui dire quelque chose qui se rapprochait de ça :

« Votre insatisfaction par rapport à vos aspirations professionnelles est à son comble. Vous ne le dites pas, mais cela se voit. La solution classique, dans une entreprise comme la notre, serait un changement de poste. Vous pourrez vous mobiliser sur un challenge qui vous paraitra nouveau parce que l’environnement sera différent. Dans le meilleur des cas, vous trouverez une consolation très acceptable dans la progression de carrière, assortie d’augmentations régulières de votre salaire. Mais c’est certain, la lune de miel va tourner court et la répétition des mêmes frustrations et déception va se manifester… »

Sur le thème de l’activité professionnelle, la documentation anglo-saxonne est foisonnante. Si l’on devait résumer, on pourrait suggérer que les salariés voient leur travail soit comme :

  • une vocation (« calling »), où l’accent est mis sur le plaisir que l’on trouve à exercer un travail qui permet de se réaliser et qui est socialement utile,
  • un emploi (« job »), où l’importance est accordée aux aspects financiers,
  • une carrière (« career »), où la priorité est donnée à l’avancement et au statut social.

Sans surprise, toutes les conclusions mettent en évidence que ce sont les personnes qui voient leur travail comme une vocation qui déclarent également avoir le plus de satisfaction au travail… comme dans la vie en général.

Et vous, comment voyez-vous votre travail ? comme une vocation ? un emploi ? ou une carrière ?

Suite et fin vendredi prochain.

Vous rêvez d'un changement dans votre vie professionnelle ?
Téléchargez gratuitement l'ebook
"Changer de vie professionnelle en un weekend"
Aucun Commentaire
  • una idea
    Publié le 08:45h, 16 novembre

    Hello Christine,

    Je vois mon travail comme avant tout une façon de me réaliser tout en étant utile.
    Le sens de ce que je fais prend presque le dessus sur le contenu.
    Je préférerai repeindre une pièce pour rénover un lieu avec d’autres personnes, plutôt que de travailler sur un enjeu stratégique auquel je ne crois pas.

    Après en ce qui concerne l’aspect carrière, ce qui me semble important c’est l’idée d’évoluer au sens de se développer et d’avoir le sentiment d’avancer.

    Voilà ma contribution du matin !

    Bonne journée 😉

  • Christine Degioanni
    Publié le 17:53h, 18 novembre

    Merci una idea pour la contribution du matin ! Faire du sens, voilà un des éléments les plus contributifs à la satisfaction professionnelle…

Laisser un commentaire